Saisons du court

Le géant chinois Alibaba investit le marché de la banque en ligne

Alibaba ne cesse de continuer son opération de diversification. Après avoir investi les marchés de la vente au détail et récemment celui des plateformes de paiement, le géant de l'internet a récemment annoncé son désir de pénétrer le marché des banques en ligne avec la création d'une application : MyBank. L'application est destinée à faciliter l'accès à la banque aux particuliers ainsi qu'aux entreprises de petite taille qui ont des difficultés à procéder à l'ouverture de compte bancaire ou à contracter un crédit.

MyBank propose ainsi la possibilité d'ouvrir un compte courant et de pouvoir faire un crédit, dans la limite de 600 000€ environ. Ces ouvertures de comptes et ces prêts seront en revanche conditionnés par l'historique d'achat et de vente des personnes possédant Mybank sur le service de paiement du groupe qui se nomme Alipay. Ainsi, cet historique d'achat et de vente sert de garantie auprès du moteur de recherche qui décidera sur cette base si elle veut bien distribuer un crédit et procéder à l'ouverture d'un compte courant.

La principale cible de cette application bancaire est la population rurale chinoise, population qui souffre de difficultés importantes d'accès aux services de la banque, comme le compte courant et surtout le crédit bancaire. Les conditions pour l’octroi d'un prêt seront ainsi beaucoup plus faciles à obtenir promet Alibaba, mais aussi grandement démocratisées, puisqu'il suffira de posséder uniquement un smartphone pour pouvoir utiliser l'application en ligne MyBank.

Un secteur en pleine explosion en Chine

La mise en place de MyBank sonne comme une réponse à la création en janvier dernier de la première banque en ligne chinoise Webank par le concurrent d'Alibaba, Tencent Holding. Il faut dire que le secteur des prêts auprès des micro-entreprises est un marché qui subit un réel essor ces derniers mois en Chine. Selon les derniers chiffres, les prêts bancaires de ce type ont subi une augmentation de l'ordre de 17% au premier trimestre 2015, pour atteindre la somme de 3,5 mille milliards de dollars.